Super Mario RPG : un OVNI dans la tradition des plus grands

 

Voilà bien longtemps que je n’avais pas rédigé un petit test sur un jeu vidéo ! Je n’en fais plus beaucoup, car je me concentre plutôt sur les mangas ou les animes, mais celui-ci m’a définitivement marqué ! Si je vous dis que Nobuo Uematsu (compositeur sur la licence Final Fantasy), Shigeru Miyamoto (Le papa de Zelda) et Hironobu Sakaguchi (Créateur des Final Fantasy) ont tous fait parti du staff de Mario RPG, vous serez FORCEMENT intrigués tout comme je l’ai été ! C’est parti !

 

Une histoire plutôt classique

 

C’est une journée comme une autre au royaume Champignon qui se déroule sous les yeux du joueur : vous devez arpenter le château de Bowser, afin d’en délivrer la princesse Peach tout en bottant les fesses de la plus célèbre des tortues cracheuses de feu et ses sbires. Cependant, tout ne se passe finalement pas comme à l’accoutumé.

En effet, Smithy vient de s’emparer d’un tour de main des sept étoiles de la route étoilée, où tous les vœux des habitants du royaume champignon pouvaient être exaucés ! Pire, ce dernier veut faire de la contrée de Mario un champ de bataille, rempli d’armes et de guerres. En somme, c’est un dictateur sans précédent qui vient se dresser contre vous.

Il n’en faut pas plus pour que Mario, Bowser, Peach, Geno et Mallow trouvent un objectif commun dans la récupération des étoiles et l’anéantissement de Smithy. Comme rien n’est jamais simple, nos héros devront donc traverser plusieurs régions et faire face à de nombreux ennemis.

Mario et son équipe hétéroclite partent donc en croisade sur les terres du monde Champignon, afin de récupérer les 7 étoiles de la route étoilée, que son nouveau némésis a confié à ses fidèles serviteurs. Restant tout de même un Mario, que peut-on attendre de ce J-RPG pour le moins étonnant ?

Un A-RPG complet

 

SMRPG (1996) est le premier JRPG inspiré de l’univers Mario édité par Nintendo, dont les jeux Paper Mario et Mario et Luigi reprennent les grandes en lignes en terme de gameplay.  On retrouve Square au développement (Chrono Trigger, Final Fantasy),  Yoshihiko Maekawa (Mario et Luigi : RPG, Mystic Quest) et Chihiro Fujioka (Eathbound, FF 3 Legend) sont les concepteurs. Aux musiques, des célébrités comme Nobuo Uematsu (Final Fantasy) et Yoko Shimomura (Kingdom Hearts) sont en charge.

Vous disposez d’une équipe de 5 personnages complémentaires, dont vous pouvez sélectionner 3 combattants en affrontement. Les mob apparaissent directement sur le terrain, il vous est donc possible de les éviter, de sauter par-dessus, ou bien de foncer tête baissée dedans.

Mario est un élément complet, Bowser est orienté sur l’attaque, Peach est une guérisseuse, Mallow est un mixte entre la guérison et la magie, là où Geno est un mixe entre la magie et l’attaque. Tout un tas de combinaison est possible, ce sera à vous de gérer en fonction de la situation, même si avouons-le, Mario RPG est loin de présenter un réel défi en terme de difficulté. Mallow, Bowser et Geno sont les héros les plus exploités en terme de background dans cet opus.

Fonctionnant au tour par tour, chaque touche de la manette correspond à une commande différente : l’inventaire, la magie, l’attaque et la défense/fuite. Jusque là, c’est très simple ! La petite subtilité, c’est que vous pouvez faire plus de dégât si vous appuyez avec un timing adéquat quand l’un des persos attaque. Ce système m’a rappelé FF 8, sorti pourtant en 1999. De même, il est possible de réduire les dégâts de certaines attaques en reproduisant ce procédé.

La progression de fait par pallier de niveau comme dans tout RPG, vos statistiques augmentent au niveau suivant. Un bonus vous permet d’accentuer à chaque fois au choix vos HP, votre attaque ou votre magie, ce choix restant cependant influencé car l’une des statistiques a des attributs plus généreuses qu’une autre à chaque fois (par exemple : seulement un point d’attaque et de magie en plus, mais 15 HP supplémentaires).

Vous pouvez équiper votre équipe de façon très basique : une arme, une protection et un accessoire. L’inventaire et le menu sont très épuré, mais agréable à défaut d’être aussi complet que dans d’autres classiques du genre.

Des énigmes et de la plate-forme

 

Comme dans tout Mario et tout A-RPG, vous allez retrouver des phases de plateforme (vous pouvez courir, grimper sauter, utiliser des ressorts), mais aussi des donjons avec des énigmes et divers boss à vaincre. Rien d’étonnant, le papa de Zelda supervisant le jeu. Il est dommage que la barre ne soit pas placée très haute concernant tous ces apsects, mais le plaisir n’en demeure pas moins au rendez-vous. En terme d’exploration, on se limite à une MAP dirigiste mais grande, comme dans celle de Final Fantasy 10.

En effet, le level Design est de toute beauté et c’est ce qui marque définitivement dans SMRPG. Le staff a poussé le niveau très loin, en offrant des décors et des univers très différents tout en 3D, où les héros évoluent superbement bien sans aucun accroc au niveau des sauts ou de la résolution des énigmes. Le bestiaire est varié, les animations sont splendides dans ET en dehors des batailles, c’est un régal de tous les instants.

 

 

SMRPG, malgré sa grande simplicité, permet tout de même d’approfondir le royaume champignon en nous faisant découvrir tout un tas de villes et d’habitants différents : on peut visiter les maisons, discuter avec les autochtones. L’histoire quant à elle, se veut drôle et légère, voire même émouvante par son final très réussi : les dialogues sont souvent drôles, particulièrement ceux de Bowser qui tente de conserver sa prestance de méchant parmi les gentils. Les références à la pop culture sont nombreuses, avec des ennemis au look Sentaï par exemple.

Les quêtes annexes ne sont pas nombreuses, mais je ne les ai pas trouvés très agréable… Il y a des défis de course (pas de Chocobo, mais des Yoshis), un défi musical (où il faut trouver une partition par soi-même) et ces derniers s’avèrent assez rudes, contrairement à ce que le jeu nous habitue.

Mario RPG est donc un petit bijou de RPG, aussi complet que simple de prise en main. Il approfondit avec légèreté l’univers de Mario et introduit un gameplayqui suivra des années plus tard dans ses suites spirituelles. Sa faible durée de vie et son absence de difficulté lui font défaut, cependant ses graphismes et le charme de ses personnages vous séduiront à coup sûr. Une aventure inoubliable pour ma part.

2 réflexions sur “Super Mario RPG : un OVNI dans la tradition des plus grands

  1. Un de mes jeux coups de coeur. Content de voir que d’autres l’ont aussi apprécié ^^
    La plus grande force du jeu, c’est clairement son humour basé sur les gags visuels et à qui la série des Paper Mario doit tant. D’ailleurs je dirais que si on a aimé Paper Mario La porte millénaire pour ce point, on aimera sans aucun doute Super Mario RPG.
    C’est juste dommage qu’il ne soit jamais sorti en France et n’ait donc jamais bénéficié d’une traduction française officielle. On avait aussi des personnages intéressants avec Geno et Mallow, mais qu’on n’a jamais revu dans d’autres jeux Mario…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s