Interview de Shadonia Magazine (2011)

Peut-être êtes vous passés à côté, mais le 10 septembre dernier, Shadonia Website, un site spécialisé dans les figurines, nous proposait le 1er webzine en France ayant pour thème principal… ? Raaah, quel suspens ! Les figurines ! A l’instar du blog Paoru.fr et de bien d’autres j’imagine, je me suis permis d’envoyer quelques questions au sujet de ce projet à Leonia qui m’a gentiment répondu ! Que voulez-vous, Otakritik est un blog qui sait être djeun’s et surfer sur la vague du succès…  En espérant que cette interview vous plaise, elle est assez longue du haut de ses 20 questions, soyez forts les otak !

Yomigues : Tout d’abord merci encore d’avoir accepté cette interview ! Pourrais-tu te présenter brièvement aux modestes lecteurs de ce blog ? Parle-nous aussi de ton partenaire !

Leonia : Je suis Charline aka Leonia, rédactrice et photographe attitrée de Shadonia que je tiens avec mon compagnon Stevens aka Shad qui est le webmaster et le graphiste du site. On partage ensemble la même passion pour le Japon, la Japanimation et surtout la collection de figurines.

Y : Dis-nous ton shônen, ton shôjo et ton seinen préférés que cela soit en manga ou en animé ?

L : Globalement je préfère le shojo (étonnant pour une fille), mais je peux m’en éloigner lorsqu’une série m’intéresse. Dernièrement j’ai eu un coup de coeur pour l’anime Ano Hi Hana no Namae o Bokutachi wa Shiranai. Concernant l’actu’ manga je ne suis pas à jour donc c’est plus délicat de choisir, j’avais récemment bien aimé Soul Eater, Pandora Hearts, Dengeki Daisy ou encore Appartement 44.

Y : Pour tenir un site qui gravite autour des figurines,  tu dois être une vraie addicte !  Quand a débuté cette passion ?

L : J’ai toujours eu plus ou moins un goût prononcé par l’univers manga anime et ce depuis le collège. Mais c’est il y a quatre ans que j’ai découvert l’existence de la figurine et ça a été le début de la ruine financière avec mon inscription sur le forum français Figure Maniax.

Y : Y a-t-il une marque de figurine que tu affectionnes plus qu’une autre ?

L : En terme de qualité, j’aime beaucoup ce que fait Alter notamment leurs dernières productions (Momohime, Dizzy). En terme de choix de licence/personnages, j’aime aussi beaucoup ce que fait Good Smile Company et Max Factory. Ce sont souvent des perso très moe !

Y : Tu dois bien avoir une collec perso non ? Combien de figurines possèdes-tu ? Fais-nous peur !

L : Oula ! C’est difficile, car la collection est désormais commune entre Shad et moi. Nous remplissons deux Detolf (vitrines) avec des Résines et Garage Kit et quatre étagères des cinq Billy (bibliothèques) que nous avons. Je pense que l’on doit avoir plus de 150 figurines tous types confondus. Ah et nous avons aussi un Stitch échelle 1/1 à côté de notre télévision. Alors, ça fait peur ?

Y : Oui, je flippe ma race ! Je suis un très récent lecteur de ton site que j’ai découvert par le biais de l’agrégateur Nanami.  Comment l’aventure Shadonia a-t-elle commencé ?

L : Elle a commencé comme tout site ou blog avec l’envie de partager quelque chose en l’occurrence des photos de figurines. Peu à peu le site a évolué et s’est ouvert à la culture japonaise, mais demeure spécialisé dans la figurine.

Y : Shadonia existe depuis presque  3 ans et demeure assez éclectique dans son contenu, aviez-vous prévu cela dès le départ ?

L :Non comme je l’ai dit au départ on voulait juste faire de la figurine, car c’est difficile de couvrir l’ensemble de la Japanimation et certains sites le font déjà très bien. Toutefois nous avons eu l’envie de partager nos lectures, nos visionnages, etc, c’est pour ça que l’on s’est diversifié. Depuis plus d’un an, tout s’est accéléré et le site a pris de plus en plus d’ampleur, une chose que nous n’avions pas prévue par contre ! Mais c’est une bonne chose, ça montre que le contenu intéresse.

Y : Les shootings de vos figurines sont vraiment superbes.  Si j’ai bien compris, tu es à l’origine de ces photos ? As-tu une formation ou bien es-tu autodidacte ? Quel appareil utilises-tu ? Comment se réalise une séance classique de shooting pour toi ?

https://i2.wp.com/csimg.webmarchand.com/srv/FR/00000254rsys153022402/T/340x340/C/FFFFFF/url/nikon-d3100-1855-55200vr.jpg

L : Oui c’est bien moi qui m’en occupe. Je n’ai aucune formation ou diplôme j’ai appris par les biais d’un conseil d’un ami qui photographiait aussi des figurines (James d’Exelica Meteor) et puis je me suis perfectionnée de moi-même au fur et à mesure. Depuis quelques mois maintenant j’utilise le Nikon D3100 avec trois objectifs (18-55, 55-200 & 50).

https://i2.wp.com/www.shadonia.com/site/wp-content/uploads/2011/05/DSC0462.jpg

A noter que toutes les photos du mag ont été faites avec le 50mm que j’ai depuis le mois de Juillet. Par contre même si j’ai un matériel semi pro mon installation est tout à fait sommaire, d’ailleurs je pense que beaucoup seraient étonnés de voir le bordel que je peux mettre quand je commence un shooting. En général je passe 30 bonnes minutes à faire mes photos une fois que j’ai trouvé les réglages, le fond et l’ambiance adéquate, mais trouver tout ça peut me prendre parfois plus d’une heure. C’est une question d’inspiration. Par contre quand je vais en extérieur je prends juste des figurines dans mon sac, je mets mon appareil photo autour du cou et je vais balader. Je peux revenir avec 10 photos comme 150.

Y : Dans ton billet « Shadonia Magazine, le projet », tu écris avoir été en relation avec beaucoup de personnes qui vous ont conseillé. Quelle est la nature des conseils que l’on vous a fournis ? Ces personnes travaillent-elles déjà pour des magazines ?

L : Aucune ne travaille pour un magazine, ce sont des amis surtout qui nous ont donné leur avis sur le design, le sommaire, la disposition, les photos, en gros l’aspect technique. Nous débutions et ne savions pas comment aborder la chose. Ces conseils nous ont aidés à avancer plus sereinement.

Y : Quel a été le processus de création de votre magazine, étape par étape ?

L : Pour ce premier volume, le processus a été chaotique. Pendant que je m’occupais du contenu, Shad s’occupait de trouver le design, mais du coup nous avons parfois travaillé sur une même page plusieurs fois, en travaillant sur d’autres entre temps. Nous nous sommes mal organisés, mais maintenant que la base est faite ça sera plus simple.

https://i0.wp.com/www.total-manga.com/images/Article/FR-3-58863-B/shad-amp-leonia.jpg

Y : Comment es-tu rentrée en contact avec Wanaca pour la création de ta mascotte ?

https://i2.wp.com/www.shadonia.com/site/wp-content/uploads/2011/08/sanapresentation.jpg

L : Inscrite sur DeviantArt j’aime bien découvrir des artistes et j’ai découvert les travaux de Wanaca il y a quelques mois. J’envisageais d’ailleurs de lui demander une commission personnelle. Au final lorsque j’ai montré à Shad tous les illustrateurs qui prenaient des commissions, nous sommes tombés d’accord sur Wanaca. Je lui ai donc envoyé un message en lui expliquant ce que l’on voulait, ce que l’on comptait en faire et le tour était joué. Wanaca travaille très rapidement et très bien qui plus est à chaque fois que nous avons découvert Sana, nous étions comme deux gamins devant un cadeau. Et puis nous avions hâte de la présenter, Shad a dû me demander trois ou quatre fois si ce n’était pas possible de la mettre sur le site avant le magazine.

Y : Combien de temps la création du magazine vous a t’elle prise? Cela vous a-t-il coûté de l’argent ?

L : Nous avons travaillé de façon intensive pendant un mois et demi, mais c’était les vacances, c’est pour ça que nous avons décidé de faire une forme trimestrielle, car nous ne pourrions pas reproduire ça dans un contexte normal. Au niveau de l’investissement, il a été moins important que si on avait dû sortir une version papier, mais la conception de Sana nous a couté de l’argent oui.

Y : Si les retours restent positifs et que le succès se fait grandissant, songez-vous à être publiés dans les kiosques ?

L : Si on pouvait aller jusque-là bien sûr qu’on aimerait ça serait quand même une belle consécration. Maintenant il faut rester réaliste, le marché du magazine n’est pas très viable et le notre touche un public très spécialisé. Je ne sais pas si ça pourrait fonctionner. Par contre on envisage de tirer des exemplaires papiers de nous même comme le font les fanzines. Ça ne serait peut-être pas en grande quantité, mais c’est une chose envisageable. Nous aimerions en tout cas, maintenant il faut voir comment on pourra réaliser ça, dans un premier temps on cherche à s’assurer que la communauté répondra présente.

Y : Avez-vous conscience que vous allez probablement ouvrir une voie dans ce style de magazine et que beaucoup de personnes se baseront sur votre modèle pour vous emboîter le pas ?

L : À vrai dire on n’y avait jamais pensé. Nous savons qu’à l’heure actuelle nous sommes les seuls à proposer sous cette forme un contenu avant tout tourné vers la figurine. Après peut-être que cela ouvrira la voie à d’autres, l’avenir nous le dira.

Y : En parlant de modèle, avez-vous vous-même pris une base de départ comme « Animeland » pour la création de Shadonia n°1 ?

L : Nous ne sommes abonnés à aucun magazine, par contre il est vrai que lorsque l’on a commencé à réfléchir sur le projet nous avons regardé ci et là ce que les autres proposaient. Mais par les autres je n’entends pas seulement dans le milieu de la Japanim’ nous nous sommes par exemple aussi inspirés du magazine de notre ville, c’est pour dire ! Mais le but était vraiment de proposer quelque chose qui colle au site, que les lecteurs ne se sentent pas perdus en terme de design en découvrant le mag’.

Y : Est-ce toujours avec le même plaisir que tu rédiges une critique sur une figurine ? Ou bien avec le temps, ta passion s’est-elle un peu émoussée ?

L : Non la passion est toujours présente car ce sont sans cesse de nouvelles figurines qu’on aborde pas de la même manière. Il faut faire ressortir le meilleur de chacune d’entre elles et donc chaque shooting est différent. Il est vrai que je suis parfois plus emballée par certaines que d’autres. Par exemple j’étais vraiment très heureuse de faire celle de Rin Tohsaka Unlimited Blade Works (Good Smile Company) lors de la conception du magazine.

Y : As-tu la possibilité de nous en dire plus sur le contenu du prochain numéro ?

L : On nous avait demandé en commentaire plus de loli, alors ça sera chose faite. Nous travaillons aussi sur un dossier sur la figurine afin de donner de bonnes astuces et surtout ce qu’il faut éviter. Il va aussi y avoir (normalement) quatre pages de plus. Mais tout ça peut changer encore.

https://i0.wp.com/www.manga-news.com/public/News%202011/Sept/ShadoniaMagazine1-illus01.jpg

Y : Shadonia Magazine, dans un an, tu le vois comment ?

L : Dans un an, je ne sais pas, car tout dépend des lecteurs. Le démarrage a vraiment été bon maintenant il faut que cela dure. Si c’était possible j’aimerais en tirage papier de 50-100 exemplaires que l’on expédierait aux passionnés avec qui ont aurait vraiment noué des liens. Ah et je veux des goodies aussi. Une figurine serait la consécration, mais ça risque d’être irréalisable.

Y : Donne-nous ton avis sur le marché des figurines, son évolution à tes yeux au fur et à mesure des années dans les conventions et sur le web…

https://otakritik.files.wordpress.com/2015/04/f8534-figurines-japan-expo-2011.jpg?w=300&h=199

L : En France ça évolue petit à petit même si beaucoup sont réticents à cause du prix que cela implique. Mais les fabricants commencent à s’intéresser à nous, la preuve à la Japan Expo cette année il y avait plusieurs fabricants (Good Smile Company, Clayz, Tsume, Square Enix et Kotobukiya) et un sculpteur (Takeshi Miyagawa).  Cependant, chose dommage, c’est que les gens ne pensent pas à la contrefaçon et ça attire certaines déconvenues. Sur le web par contre il y a beaucoup de communauté, je pense notamment au forum Figure Maniax ou à la database MyFigureCollection. Les photos de figurines fleurissent sur le net et c’est vraiment agréable à voir. C’est un domaine qui mérite d’être davantage connu.

Y : Un mot pour la fin ?

L : Nous tenons à remercier toutes les personnes qui nous soutiennent, qui nous envoient des messages ou des fan art. Lorsque l’on a fait ce magazine, on l’a fait en pensant aux lecteurs et voir que les retours sont globalement positifs et que l’information fait son bonhomme de chemin, c’est une satisfaction. Nous espérons que ça continuera de la sorte ! En tout cas, merci à toi !

Rooh mais non ! C’est moi qui te remercie encore ! Et nous, on revient dans quelques jours avec une critique manga, je sais que ça vous manque 😉

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s