[Critique Anime] Haruhi Suzumiya

https://i0.wp.com/images.ados.fr/bd-manga/photo/hd/4777641477/melancolie-haruhi-suzumiya/melancolie-haruhi-suzumiya-208394232e.jpg

Cet article contient des spoils, tu es prévenu !

 

 

Juin 2003, Suzumiya Haruhi no yūutsu, un roman de Nagaru Tanigawaconnaît un succès fou au Japon. Septembre 2004, on vise le public otaku en publiant dans le Shônen Ace une adaptation en manga des romans. Succès oblige, en 2006 une adaptation sort en format TV. Le phénomène est lancé, on érige l’œuvre comme culte, bijou de l’animation japonaise mais…Pourquoi ?

Le speech de départ

 

https://i1.wp.com/mangatime.blogs.clan-takeda.com/files/2010/12/TheMelancholyofHaruhiSuzumiya-upload.jpg

Haruhi est une héroïne extravertie plutôt mignonne et très casse-couilles qui a la réputation de n’être jamais sortie bien longtemps avec la gent masculine. La raison ?

C’est juste qu’elle est passionnée par les extraterrestres, les ESPERS et les voyages dans le temps. Du coup sortir avec un mec devient vite banal, surtout si c’est un être humain comme un autre. Elle fonde donc le club SOS qui a pour but  « d’apporter plus d’excitation dans le monde ».

La pauvre ne se doutera pas qu’à l’exception de Kyon, tous les membres de son club sont dotés de pouvoirs ou d’origines fantastiques…elle y comprit. Ironique n’est-il pas ? Oui, des fois j’aime à faire genre que j’ai du voc !

 Une narration bordélique

 

https://i1.wp.com/img.over-blog.com/600x375/0/00/11/16/DIVERS/Haruhi-Suzumiya-Sunnysred.jpg

 

Voilà un bref résumé du brainstorming de Kyoto animation avant la diffusion des épisodes de la série :

Chef : très bien, notre personnage est loufoque, tarée, excentrique et en plus elle est mignonne.

Assistant : c’est exact…Où voulez-vous en venir ?

Chef : ben  pour rester dans l’esprit barge de la série on va diffuser les épisodes dans le désordre…

Assistant : MER IL ET FOU ! Les otakus vont crier au scandale ! C’est quoi cette narration incongrue ? !

Chef : mais non, on est les premiers à faire ça (je crois) ils vont crier au génie… Puis ça va nous distinguer, t’as vu…

Assistant : si tu le dis mon frère…Bien ou quoi la famille ?

J’arrête là le brainstorming.

Quelques années après sa sortie, je retiens effectivement une narration bordélique dans Haruhi qui a fait sa renommée…

 

https://i2.wp.com/img.over-blog.com/500x312/0/37/06/49/0003/The-Melancholy-Of-Haruhi-Suzumiya.jpg

 

Il faut dire qu’il est plaisant de rassembler toutes les pièces du puzzle au fur et à mesure afin de mieux comprendre la chronologie de la série. On peut aussi saluer (ou descendre en flèche) la partie « Endless eight » de la saison 2 où (SPOIL) nos héros sont emprisonnés dans une boucle temporelle sans fin. Un parti pris risqué.

8 épisodes en tous points identiques, où les plans changent et quelques dialogues sont ajoutés, 8 épisodes de souffrance pure qui auront fait perdre une partie de son public à la licence et c’est bien fait pour gueule.

Les références otakus

 

Ah bah oui, Haruhi Suzumiya est bourrée de clichés et de références qui ont fait la joie de son public !

Ainsi Phoenix Wright est à l’honneur dans l’épisode 8 de la saison 1(il existe d’autres clins d’œil mais je ne vais pas m’étaler là-dessus, Wikipédia sera ravi de vous en apprendre plus), les pouvoirs de Koizumi ressemblent étrangement à ceux des protagonistes de X de CLAMP, Nagato renvoie au personnage de Rei Ayanami dans Evangelion, enfin Asahina a des gros seins.

 

https://i0.wp.com/images.picturesdepot.com/photo/t/the_melancholy_of_haruhi_suzumiya-3711.jpg

 

Oui c’est ce que j’ai retenu d’elle, il fallait bien une dose de fan-service. Tout cela pour dire que cet anime est un pur concentré de tout ce qui plaît ou a plu dans l’animation ces dernières années, tout en gardant une identité qui lui est propre avec le narrateur qu’est Kyon ou encore l’ordre chamboulé de la diffusion des épisodes de la série. Comme quoi le succès n’est pas dû qu’à la grosse paire d’Asahina, et toc.

Kyon

 

Ce qui contribue grandement à la qualité de la série comme dit précédemment, c’est son narrateur principal, Kyon, qui, part de nombreuses introspections, donne son impression sur les agissements quotidiens d’Haruhi et de son entourage plus généralement, son point de vue en tant qu’humain dans cette histoire abracadabrante pour un mec ordinaire.

 

https://i2.wp.com/download.minitokyo.net/Yuki.Nagato.376258.jpg

 

Il est cynique, sarcastique, mais s’avère être la conscience du groupe et surtout, celle d’Haruhi. Son doubleur est de plus très très bon, on  a pu l’entendre dans de très bons animes comme X de CLAMP, Shuffle, Kanon 2006, Gundam Seed Destiny…ce qui ne fait qu’augmenter sa sympathie envers le téléspectateur quand on sait qu’il ya du cachet.

 

https://i2.wp.com/www.legendra.com/zapan/Haruhi%20Suzumiya/kyon.jpg

 

On s’identifie rapidement au personnage qui est à l’opposé des héros habituels que l’on retrouve dans ce type de série, Kyon est INTELLIGENT et RAISONNE comme NOUS. Ou tout du moins, il résonne comme le ferait n’importe quel gars impliqué dans une situation pareille.

Haruhi la divine

 

Ah bah tiens c’est pas banal. L’héroïne principale c’est dieu. Elle est née avec les pouvoirs d’une déesse mais l’ignore complètement.

C’est un personnage tellement égocentrique que si le monde qu’elle créé ne lui plaît pas, elle détruit tout pour remodeler un univers qui lui conviendra mieux, sans s’en rendre compte.

L’affaire s’avère corser, nos protagonistes n’ont pas envie de disparaître et doivent obéir au moindre de ses désirs histoire d’éviter qu’elle ne détruise tout…mais bon, comme elle est mignonne (et que surtout, on a pas envie de crever) on lui pardonne.

Et c’est là que le personnage de Kyon prend encore de l’ampleur. C’est une sorte de paratonnerre pour cette cruche d’Haruhi, osant s’opposer à elle lorsqu’elle va trop loin (L’épisode 13 de la saison 2 est mémorable, lorsque Kyon est à 2 doigts de frapper Haruhi).

Conclusion

 

Voilà un anime dont le succès est dû à sa narration sympathique, à ses personnages attachants, à une histoire bien développée, mais aussi et surtout à sa diffusion bordélique qui a su faire parler d’elle.

C’est un OVNI et à ce titre, vous aimerez ou détesterez. Si la saison 2 a  laissée quelques fans derrière elle, nul doute que le film saura reconquérir loeurs coeurs : il s’agit de l’adaptation du roman préféré des lecteurs, la disparition d’Haruhi, un petit bijou d’animation d’après les premiers échos des spectacteurs de presque 3h00, affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s