[Critique Manga] Dr. Slump

 

https://i0.wp.com/images1.wikia.nocookie.net/__cb20100123220928/drslump/images/6/6f/DrSlump.jpg

 

Il est de ces auteurs capables d’une imagination folle, d’un renouvellement constant dans leurs histoires si bien que l’on ne s’en lasse jamais. Penchons nous sur les fers de lance du magazine shônen Jump.  Eichiro Oda avec One Piece sait par exemple renouveler son registre avec ses arcs se passant dans des univers à chaque fois nouveaux. Araki en fait de même avec Jojo’s Bizarre Adventure. Il existe bien des mangakas talentueux qui mériteraient que l’on s’attarde plus longtemps sur eux, mais aujourd’hui c’est au tour de M. Toriyama et de son cultissime Dr. Slump de passer sous les rampes des projecteurs. N’CHA !

Mer il et fou

 

https://i0.wp.com/mangaworld.netii.net/images/fanart/akira/dr_slump_01.jpg

 

Senbeï Norimaki est un inventeur farfelu, lubrique, petit et gros. Pas tout à fait le portrait du héros classique du JUMP. Mais ce n’est pas grave, puisque ce n’est pas lui le héros de cette « histoire » déjantée, mais son invention la plus aboutie, le robot Aralé Norimaki.

Pourquoi l’a-t-il inventé ? On ne le saura jamais et de toute façon, on s’en fiche bien. En effet, Dr. Slump ne possède pas d’histoire. Le manga se présente plutôt comme un enchaînement successif de gags, des suites du comportement loufoque d’Aralé qui va perturber le quotidien des habitants du village pingouin.

https://i2.wp.com/i11.mangapanda.com/dr-slump/1/dr-slump-1762420.jpg

 

Alors, autour de quoi tourne l’humour de Dr. Slump ? Du pipi, du caca, oui mais pas que. Le manga est pourvu d’une galerie de personnages tous plus drôles les uns que les autres ! On ne présente plus Suppaman, parodie évidente de Superman sans aucun pouvoir, lâche au possible et doté d’un sens de la justice ambigüe… Si vous le vexez, il n’hésitera pas à vous balancer une bonne grenade dans les dents. On se souvient aussi du Dr. Mashirito, démoniaque rival de Senbeï et caricature de l’éditeur de Toryama lui-même, qui cherche à détruire le monde (en vain) mais voit ses plans contrecarrer par Aralé.

Si les chapitres  font mouche, c’est parce qu’il est culoté dans son humour et ne devient jamais redondant. L’auteur intervient lui-même dans sa propre série et s’amuse parfois des défauts de son œuvre en répondant de façon encore plus improbable à ses lecteurs. Les jeux de mots débiles sont légions, les non-sens en pagaille et disséminés de toutes parts. Toriyama, pour ses sketchs, ne néglige aucun genre : de la science fiction (on sent combien il aime Star Wars) aux comics, ses sources d’inspirations sont inépuisables.

La vie au village

 

Si il n y a pas vraiment d’histoire, la vie de nos héros évoluera de façon significative. Senbeï finira par avoir une (vrai ?) vie de couple, Aralé ira au lycée, aura elle-même un fiancé robot à son antipode (à savoir : poli, gentil et respectueux), Taro finira policier… L’ensemble des personnages est particulièrement bien traité et les voyages dans le futur avec Time Slipe nous permettent d’entrevoir quel sera le futur des habitants du village penguin, avant même la fin de la série, de quoi contenter ceux qui resteraient sur leur faim sur le devenir des héros.

 

https://i1.wp.com/img11.hostingpics.net/pics/192586TAEUnewsslumpspain0.jpg

 

Chacun trouvera son chouchou dans la série et les nombreuses parodies, issues du milieu du cinéma, du comics ou du folkore nippon sauront vous séduire.  Il est dur de ne pas tomber sous le charme de l’ensemble des protagonistes tant leur  bonne humeur est communicative. Vous vous rendrez bien vite compte que Akira Toriyama est un grand fan de courses de voitures et de Sscience-fiction, beaucoup de ses gags tournent autour de ce thème.

Du style

 

Bien sûr, quelques punch-line (N’CHA, VROUUUUM, HOYOYO ) et gags récurrents (Aralé qui « joue » avec les voitures de police) sont de mise, mais ils ne viennent jamais stoppés le rythme effréné de l’œuvre. En 18 volumes, il fallait Toriyama aux commandes pour ne pas bailler aux corneilles. Et quoi de mieux que son style graphique unique, si expressif et vif, si simple mais si réjouissant ? Comment ne pas se tordre de rire devant Senbeï qui, fiér de présenter l’une de ses inventions, devient un bellâtre méconnaissable alors qu’il est si trapus d’habitude ? Comment ne pas sourire face au design complètement tordu du roi Niko-Chan (je vous rappelle que son derrière est situé sur sa tête) ?

 

https://i1.wp.com/www.gamers-master.com/galerie/upload/data/b18ee42e71c346d0141c72a01fb8cebe.jpg

 

Les planches sont dynamiques et ont presque une influence venu des cartoons dans leur chute souvent rocambolesque. Le style est à la fois simple et inimitable, c’est un régal de plonger dans l’univers du mangaka le plus connu du monde. Voire les animaux vivre parmi nous, les habitants qui ne sont que très peu choqués de Gatchan, enfant volant doté d’antennes et qui mange tout (est-ce parce qu’il est mignon ?). Que du bon en perspective avec tout le punch dont fait preuve la série, punch que l’on retrouvera dans les débuts de Dragon Ball. Les volumes peuvent se lire sans déplaisir à la suite, les uns derrière les autres, à l’instar de Yotsuba par exemple.

Bilan

 

Dr. Slump est une perle d’humour en plus d’être une série culte à lire à tout prix. Si le pipi caca ne vous convient pas, n’oubliez pas l’auteur est un touche à tout qui saura vous séduire. Impossible de ne pas décrocher un sourire devant cette œuvre intemporelle. Une sacré poilade HOYOYO !

Une réflexion sur “[Critique Manga] Dr. Slump

  1. Je n’ai pas réussi à accrocher à ce manga. J’ai pourtant insisté et je me suis procurer les 5-6 premier tomes en version deluxe en plus… mais non rien y fait.
    J’ai tout revendu xD. Je n’ai pas du tout adhéré à l’humour pipi popo.

    Tu n’y a vu aucune redondance, comme quoi la vision des choses est propre à chacun. Pour ma part, j’ai eu l’impression de tomber tout le temps dans les mêmes gags. On se retrouve toujours avec le même déroulement et le même dénouement.

    C’est un manga grotesque. Il y a certes quelques personnages intéressants et « marrants », mais bon c’est un manga d’humour et si tu n’y adhère pas (à cet humour), c’est peine perdu. Puis pour ma part, le fait qu’il n’y ait même pas un fil conducteur n’aide pas à s’investir pleinement dans la manga.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s